Dr. med. Wolfgang Rohner

Dr. Wolfgang Rohner

Né en 1947 à Zurich, j’ai accompli mon gymnase chez les capucins, dans le canton d’Appenzell. De 1967 à 1974, j’ai étudié la médecine à l’Université de Zurich, où j’ai obtenu l’examen fédéral en 1974, et terminé mon doctorat la même année.

Après mes études, j’ai remplacé de nombreux médecins dans des cabinets très variés et j'ai travaillé pour des services d’urgence assurés par des médecins généralistes.

En 1976, j’ai ouvert un cabinet de médecine générale dans le quartier nord de Zurich, répondant ainsi à un manque urgent de médecins. Ce problème étant d'ailleurs évoqué dans le journal suisse des médecins.

A cette époque là, je m’occupais déjà beaucoup de médecine complémentaire. Le traitement de patients souffrant de maladies chroniques représente aujourd’hui encore une grande part de mes activités de praticien.
Parallèlement aux malades à traiter en urgence, je comptais un nombre élevé de patients en surpoids. Evidemment, comme tout un chacun, il me semblait clair que ces malades se nourrissaient trop. Et tout logiquement s’imposait l’idée d’introduire aussitôt les coupe-faim et les régimes hypocaloriques basés sur un apport de 1200, 1000 ou 800 calories.

En règle générale, on observait une perte de poids, mais le résultat n’était pas satisfaisant. Les patients devenaient plus minces d’une manière globale, mais certaines zones difficiles, telles que le ventre ou les hanches, ne maigrissaient que peu. L'aspect général de la silhouette s’étant même parfois dégradée. Dans le meilleur des cas, les autres patients étaient fiers de leurs efforts.

Le problème était de trouver ce qui n’avait pas fonctionné? La majorité des patients avaient pourtant fait preuve de discipline !
Antérieurement, les problèmes d'obésité et de surpoids n'étaient que peu évoqués par les médias. Depuis quelques années, un "boom" des diététiciens et nutritionnistes s'est produit. Ce problème étant devenu un fléau national, il s'avère nécessaire d'y remédier au plus vite. 

L’idée de résoudre le problème de la surcharge pondérale par une réduction de l’apport calorique découle d’une erreur de raisonnement.

Lorsque l’on observe l’histoire de l’Humanité, les temps d’abondance (été/automne) étaient utilisés pour constituer des réserves afin d’affronter les périodes plus difficiles (hiver). L’évolution favorisait ainsi les personnes qui avaient pu constituer de bonnes réserves. Ces pensées m’amènent à la conclusion que la capacité de constituer des réserves peut être mesurée par les tests de tolérance au glucose et par une méthode de mesure de la silhouette. Il est de ce fait possible de pouvoir établir où vont se stocker les réserves, sous forme de capitons.

Au cours des années, mes connaissances de la nutrition et de l’assimilation des aliments devint de plus en plus importante. J'ai alors développé un concept adapté aux dispositions génétiques, liées au stockage, de chaque personne. Grâce à mon concept, mes patients perdent du poids sans sensation de faim, les capitons sont éliminés sur les zones souhaitées. Et enfin, la stabilisation de poids est maintenue, sans "effet yoyo".

Depuis lors, plus de 30'000 personnes ont suivi mon programme. La capacité de mon cabinet ne suffisant plus pour répondre à toutes les demandes, j’ai décidé de former des médecins partenaires. J’espère que grâce à leur soutien, il sera possible de faire découvrir mon concept à encore beaucoup d’autres patients.